Boxe Thaï

L’origine de la boxe thaïlandaise, est assez incertaine, les différentes invasions Birmanes ayant détruit en grande partie les archives de ce pays. Une chose est sûre, le Muay Thai (boxe Thaï) fut d’abord une technique militaire de combat rapproché qu’utilisaient les rois pour régler leurs différents.

A la fin du XVIe siècle, le roi Naresuan Le Grand, réputé très bon boxeur, rendit obligatoire la pratique du Muay Thai obligea ses soldats à s’entraîner dans cette discipline.

En 1774, Nai Khanom Tom était célèbre pour ses prouesses lors de batailles contre les armées Birmanes. Il fut capturé par les Birmans lors du pillage de l’ancienne capitale de la Thaïlande, Ayutthaya. Alors qu’il était prisonnier, Nai Khanom Tom participa à un tournoi organisé par les soldats Birman. Il combattit et vaincu une dizaine des meilleurs guerriers Birmans. Le roi Mangra de Birmanie, fut le premier à applaudir le vainqueur du tournoi auquel il venait d’assister. Il rendit à Nai Khanom Tom sa liberté et celui-ci rejoignit Ayutthaya où il fut accueilli en héros.

Durant la même période, le roi Pra Chao Seua, surnommé le « Roi Tigre », promu le Muay Thai au rang de sport National. On dit même qu’étant jeune, il participait incognito à des combats. C’est ainsi que l’art martial des rois devint un sport très populaire. Le peuple avide d’action afflua dans les camps d’entraînement qui se multiplièrent et les premiers paris furent organisés. Cette évolution progressive vers le sport toucha surtout la pratique (délimitation d’une aire de combat, usage de « bandes » de crin de cheval pour les mains et les avant-bras, coquille) mais peu les techniques de combat elles-mêmes. Le Muay Thai fit partie de l’éducation des jeunes jusqu’en 1920 mais la fréquence des blessures contraint les autorités à l’interdire. Il réapparut en 1930 en adoptant les principes de la boxe anglaise : ring, gants, catégories de poids… Le développement du tourisme en Thaïlande le fit découvrir.

Christophe Mentec

Boxe Thaï
Pipriac

Damien Debray

Boxe Thaï
Pipriac